Actualités > Actualités régionales

DES PRÉSIDENCES FRANÇAISES POUR LA SUERA ET LA CIPRA EN 2020 !
Une remontée d’information nationale s’organise pour préparer les présidences françaises de la SUERA et de la CIPRA en 2020.

Articulée avec une présidence française de la Convention Alpine (CIPRA) en 2019-2020, celle de la SUERA viendra amplifier pour 2020, les synergies entre les deux coopérations alpines. Parmi elles, celles concernant la filière forêt-bois occupent une place importante et les Communes forestière Auvergne-Rhône-Alpes, via le Réseau Alpin de la Forêt de Montagne, contribuent aux échanges.

Côté SUERA (Stratégie Macro Régionale de l’Union Européenne pour la Région Alpine), la France prévoit donc une présidence collégiale par l’État et les trois Régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté et Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’engagement français s’inscrit dans la continuité de l’action en faveur des territoires de massifs montagneux et de la coopération entre territoires (montagneux, valléens, ruraux, périurbains, urbains et métropolitains). Au sein de la SUERA, la France entend soutenir un développement économique durable et cohérent de la région alpine.
Le programme de la présidence se prépare de façon participative à l’occasion des comités de massifs (des Alpes et du Jura) et ce depuis mars 2018, et via le Conseil national de la montagne (premier semestre 2018). Le CGET (Commissariat général à l'égalité des territoires) est le coordonnateur national. En plus du « Groupe de travail Forêt » un groupe de travail « International » est d’ailleurs constitué en septembre 2018 pour appuyer le Comité de Massif des Alpes dans cette remontée d’information nationale.



Les Communes forestières ont participé à cette discussion, puisqu’elles président le groupe forêt du Comité de Massif des Alpes et sont historiquement impliquées dans la SUERA. En effet, l’Union régionale des Communes forestières Auvergne-Rhône-Alpes est membre du sous-groupe 2  dédié au secteur forêt/bois piloté par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le Baden Wurtemberg (Lander Allemand). Par de nombreuses contributions, elle y valorise le rôle du bois local certifié comme outil de développement des forêts et territoires de montagne en prenant appuis sur la certification Bois des AlpesTM. L’intérêt marqué des pays membres pour cette démarche et les actions enclenchées y seront donc valorisées pour qu’en 2020, le cap politique fixé permette de poursuivre les réflexions et travaux engagés. 

Les pays de l’Arc Alpin ont donc partagé un intérêt commun pour valoriser la ressource alpine en bois et démultiplier la construction en bois en capitalisant sur l’expérience Bois des Alpes (notamment le Réseau des Bâtiments Pilotes). Plus encore, le projet Triplewood a été monté pour concrétiser ces échanges (en réponse à l’Appel à Projet ARPAF du Parlement Européen). Il vise à promouvoir la construction en bois dans la région alpine, via des opérations de communication et de lobbying politique. Lancé en mars 2018, il doit s’achever en février 2020. Une exposition et un séminaire itinérants dans les Alpes viendront présenter aux architectes et au grand public l’intérêt de construire en bois. Sur 50 bâtiments présentés, près de la moitié (dont 7 en Bois des Alpes) sont annoncés comme réalisés avec du bois local ! Cette première moisson est encourageante car en plus de communiquer au niveau européen sur la construction en bois dans les Alpes et avec du bois local, cela va permettre de comparer et capitaliser sur les pratiques (traçabilité par exemple) rencontrées de l’autre côté des Alpes !

REVENIR A LA PAGE PRECEDENTE