Forêt des collectivités

RECRUDESCENCE DES SCOLYTES EN FORÊT D’ÉPICÉAS

Depuis le mois de septembre, une reprise des attaques du bostryche est constatée dans les forêts des Pays de Savoie.

Le bostryche typographe (Ips typographus) est un petit coléoptère ravageur ligniforme des forêts d'épicéas qui provoque leur dessèchement. Il a un corps cylindrique allongé avec des élytres et sa couleur est brun rouge.

Du nom grec Bostrukhos, « boucle de cheveux », il n’en reste pas moins un des scolytes les plus répandus et les plus redoutés du point de vue économique en Europe.

Il s’attaque aux arbres affaiblis, entre autres par la sécheresse, en forant des galeries de ponte situées sous l’écorce (les larves s'alimentent en creusant d'autres galeries), puis essaime sur les arbres voisins. L'activité intense de forage des larves et jeunes insectes interrompt le flux de la sève à l'intérieur de l'écorce, provoquant ainsi la mort de l'arbre infesté.

Un épicéa sain peut empêcher l'intrusion des scolytes en sécrétant de la résine collante. Mais si les populations sont denses, les scolytes peuvent aussi coloniser des arbres sains ou momentanément affaiblis.


COMMENT LUTTER

On ne peut généralement pas sauver un arbre attaqué, la lutte préventive est donc préférable à la lutte curative. Comme des populations de scolytidés sont probablement toujours présentes dans une forêt, se développant sur du matériel végétal affaibli, endommagé, cassé, brisé par le vent ou abattu, les dégâts peuvent être réduits ou évités en maintenant la vigueur et l'état sanitaire des plantations, particulièrement en éclaircissant les jeunes plantations qui stagnent et en retirant les arbres trop âgés des plantations anciennes.

La vigilance est donc de mise pour pouvoir agir, dès que les premiers signes ou symptômes apparaissent. 

RAPPEL

  • Ce n’est pas la première fois que se produit un épisode scolyte.
  • Après évacuation des bois attaqués, les parcelles pourront être replantées.
  • Attentif à ce phénomène, l’ONF reste sur ses gardes pour localiser et identifier les zones attaquées. Il peut procéder rapidement à des ventes de gré à gré pour des bois scolytés.
  • L’objectif des maires et de l’ONF est en premier lieu de valoriser les bois communaux, donc de vendre au mieux les bois attaqués sans substitution, à ce stade, avec les autres coupes prévues.
 

REVENIR A LA PAGE PRECEDENTE