Forêt des collectivités

FORMATION SUR LA COMMERCIALISATION DU BOIS À CORMARANCHE-EN-BUGEY, UN INTÉRÊT PLUS QUE PARTAGÉ

Le marché du bois a considérablement évolué ces dernières années. Pouvoir mettre en perspective les différents modes de commercialisation, en mesurer les avantages et les inconvénients sont devenus des préalables pour optimiser la vente du bois communal. A ce titre, la soirée de sensibilisation organisée par l'association des Communes forestières de l'Ain a rempli sa mission.

Placée dans le cadre du Livre Blanc 2014-2016 du conseil général de l’Ain, la rencontre du 12 février dernier, à Cormaranche-en-Bugey, proposant dans sa première partie un tour d'horizon des différents mécanismes de commercialisation du bois et des enjeux induits, a mobilisé une vingtaine d’élus venus s’informer, voire se former. L’intérêt reste majeur. Car si la vente des bois est une ressource significative du budget communal, l’optimiser est un levier précieux pour les communes rurales qui, si elles veulent continuer à investir, doivent trouver de manière impérieuse des solutions financières pour faire face à la baisse des dotations de l’État.

Le programme proposait dans un deuxième temps de faire un point sur la situation locale en matière de filière bois énergie, les circuits courts qui peuvent être mis en place pour l’approvisionnement en bois énergie ; et surtout d’ouvrir aux débats.

PRENDRE LE TEMPS D’EXPLIQUER, DE COMPRENDRE

Avant la présentation du territoire et des entreprises qui s’y sont implantées, Jacques Deparnay, président de l’association des Communes forestières de l’Ain a souhaité s’exprimer sur l’importance de conserver deux modes de commercialisation : les ventes publiques et les contrats d’approvisionnement. Ils permettent de lisser les variations du cours du bois et de garantir un approvisionnement aux professionnels implantés localement. 

Ensuite, les différents modes de mise à disposition – en bloc et sur pied, à l’unité de produit et à la mesure façonnée – ainsi que les modes de vente de bois – par appel d’offre et de gré à gré – ont été exposés.

Non sans susciter de nombreux échanges avec les élus qui avaient à cœur de témoigner sur la situation de leur commune et du recours à la Vente Exploitation Groupée (VEG) qu’ils pratiquent.


Enfin Fabrice Gallet, responsable de service bois de l’agence interdépartementale Ain-Loire-Rhône de l’ONF, a fait un rapide historique des étapes ayant conduit au développement des contrats d’approvisionnement – rapport Gaymard, loi d’orientation sur la forêt de 2001, loi de développement des territoires ruraux de 2005… – avant d’entrer dans le détail chiffré des ventes de bois de l’agence.

Sont à retenir : en 2014, les volumes contractualisés représentaient 16% dans l’agence pour la forêt communale ; 210 000 m3 de bois ont été commercialisés en 2014 par l’agence ; le volume est en baisse de 14% par rapport à 2013.

L’importance du sujet et les nombreuses réactions qu’il a suscitées n’ont pas permis d’aborder les autres lignes du programme. Les sujets, « la structuration d’un approvisionnement local en bois énergie », « bois énergie et la relation contractuelle entre producteur/fournisseur et fournisseur/maître d’ouvrage de chaufferie » feront l’objet d’une prochaine rencontre fixée fin d’année 2015.

Toutes les informations :

Intro_Commercialisation_12fev2015

ModesVente_Commercialisation_12fev2015 

InterventionONF_12fev2015

REVENIR A LA PAGE PRECEDENTE