Forêt des collectivités

FÊTE DE LA FORÊT DE MONTAGNE : LANS EN VERCORS PLACE LA 14E ÉDITION SOUS LE SIGNE DE L’INNOVATION

Sous des accents festifs, la manifestation des 12, 13 et 14 juin prochain à Lans en Vercors fidèle à ses motivations initiales, n’en pose pas moins les principaux enjeux de la forêt de montagne. La pédagogie, l’économie et l’écologie seront au rendez-vous de cette 14e édition ; l’innovation en sera le fil rouge. 

La fête de la forêt de montagne a pour vocation de mettre en exergue les problèmes liés à la gestion de la forêt de montagne dans un cadre à la fois festif et professionnel.

 

UN FORMAT BIEN RODÉ

Fête imaginée en 1989 dans un moment de dépit par deux forestiers de l’Office national des forêts, blasés de ne pouvoir vendre mieux les ressources forestières de montagne, l’événement bisannuel se décline généralement sur trois jours et s’adresse à un public large : professionnels, propriétaires privés et publics, gestionnaires, décideurs, experts, grand public et enfants.

Depuis son origine, elle affirme une volonté de mobiliser et de sensibiliser aux enjeux de la multifonctionnalité de leur patrimoine. Son originalité est de réunir les partenaires de la filière autour d’une manifestation co-construite ; échanger sur les difficultés rencontrées en forêt de montagne par les propriétaires, leurs conseillers ou gestionnaires ; réfléchir, informer sur les enjeux forestiers d’aujourd’hui et de demain ; sensibiliser les scolaires à la forêt et aux métiers du bois ; et se faire entendre auprès du grand public, des élus et des décideurs.



Des animations sont organisées en fonction des publics et s’articulent selon différentes formes :

  • colloque sur une problématique forestière d’actualité,
  • démonstrations de matériels forestiers,
  • marché d’artisanat et de produits locaux,
  • animations pédagogiques autour de la forêt et du bois,
  • sensibilisation du grand public à la gestion forestière, à l’équilibre sylvo-cynégétique, à l’utilisation du bois dans la construction…
  • informations quant aux possibilités de formations dans cette filière…

L’édition 2015 aura une dimension particulière liée en partie à la promulgation de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt. Cette nouvelle loi d’octobre 2014 instaure la notion d’intérêt général que joue la forêt : mise en valeur des bois et forêts dans le cadre d’une gestion durable, conservation des ressources génétiques et de la biodiversité, préservation de la ressource en eau et de la qualité de l’air, fixation des sols en zone de montagne, stockage du dioxyde de carbone dans la forêt et les produits bois, qui contribuent à lutte contre le changement climatique. 

DANS LA DYNAMIQUE DU VERCORS

Territoire forestier actif et innovant, le Vercors et plus précisément la commune de Lans-en-Vercors ont été choisis pour accueillir la manifestation.

Ce sera la première fois que la fête fera escale sur ce massif à forte culture forestière. Massif de renom par la densité et la qualité de ses bois, le Vercors souhaite mettre en lumière sa forêt de production et toute la filière professionnelle qui dépend de l’activité forêt-bois.

 Manifestation portée par l’association des Communes forestières de l’Isère pour le compte de la commune et du territoire d’accueil, la fête de la forêt de montagne se construit avec l’ensemble des partenaires du territoire et de la filière (ONF, CRPF, charte forestière de territoire, Communauté de communes, groupements de sylviculteurs (GS4M – UGDFI), PNR Vercors, FDCI, interprofession, professionnels…). 

L’INNOVATION, CLEF DE VOUTE DE LA MANIFESTATION

Les enjeux de la forêt de montagne deviennent de plus en plus aigus. Ouvrir un espace de production nécessaire pour maintenir les emplois, voire en créer d’autres, ou favoriser les circuits courts ne s’opposent pas au rôle écosystémique de la forêt (captage de Co2, réservoir de biodiversité, prévention des risques naturels, accueil du public) certifiée PEFC.

Mais combiner les intérêts de chacun n’est pas toujours aisé à l’échelle d’un massif ; tout est question d’équilibre entre économie, écologie, social et culturel.

Et si relayer le plus largement possible les messages auprès de tous permet une meilleure compréhension du débat, introduire l’innovation dans ce secteur en pleine mutation, constitue à cet égard un élément d’ouverture fort, un moyen d’accroître la compétitivité, une alternative à la surexploitation, une voie de consensus.

Le projet de débardage par ballon captif à propulsion électrique, en est une fantastique illustration qui va cristalliser toutes les attentions de ces journées festives et d’échanges.

LE DEBAL CAP, UN ROMAN INEDIT DE JULES VERNE ?

C’est bien grâce au renouveau de la R&D sur les aérostats et sur l’utilisation de l’énergie électrique que l’opportunité de tester le concept de débardage par ballon captif DEBAL CAP est née.

ln fine, l'enjeu est d'offrir une alternative économiquement comparable au débardage par câble téléphérique avec des avantages techniques, énergétiques et environnementaux nouveaux. Par ailleurs, cette innovation renforce l'attractivité d'une activité en tension. Le système permet l’accès à plus de ressource en bois sans investir dans une desserte forestière supplémentaire et par conséquent protège les sols et la biodiversité. L'utilisation de l'électricité permet la récupération de l'énergie de la force ascensionnelle du ballon ce qui accroit l'efficacité énergétique du système et contribue à une réduction du bilan carbone par substitution à l'énergie fossile.

L’objectif du projet DEBAL CAP est la validation du concept avec la création d’une maquette de ballon et la conduite d’essais, d’analyses et de modélisations : 15 m de long, 6 rn de haut, 273 ml de volume d'enveloppe, capable de lever une pile de bois de 100 kg.

Mais à terme, ce ne sont pas moins de 8000 m3 de bois qui seront transportés dans des conditions économique et sécuritaire optimales.

L’institut technologique FCBA (Forêt, cellulose, bois-construction, ameublement), le porteur de projet a fait appel à Airstar, leader mondial des ballons d’éclairage, pour la construction du ballon, le CEA pour la partie électrique du système, et ECHOFORET, exploitant forestier en Haute Savoie, pour son expertise d’usage.

Le projet est soutenu financièrement par le département de l’Isère, l’Assemblée des Pays de Savoie, le programme POIA du FEDER européen, le SERFOBE Rhône-Alpes.

REVENIR A LA PAGE PRECEDENTE