Forêt des collectivités

COMITÉ DE SUIVI SYMBIOSE À SAINT-GUILLAUME (38) : LE TRAVAIL COOPÉRATIF AVANT TOUT

Les territoires et partenaires du projet SYMBIOSE se sont réunis le 15 mars 2018 dernier pour un bilan de l’avancement du projet à l’aube de la dernière année de mise en œuvre.

 « Mobiliser plus de bois pour les chaufferies bois-énergie »,  tel est l’objectif qui anime l’ensemble des partenaires mobilisés sur plusieurs axes d’action dans le cadre du projet SYMBIOSE : chantiers publics-privés, valorisation du foncier, investissements matériels…

Sur un objectif de 160 000 tonnes de bois énergie supplémentaires mobilisés à l’issue du projet, ce sont déjà 35 000 tonnes de bois énergie nouvellement mobilisés qui viendront approvisionner une filière en plein essor. Ce chiffre est à relativiser car un certain nombre d’investissements matériels et programmes d’accompagnements s’achèveront en 2018 et permettront ainsi d’augmenter considérablement le volume de bois mobilisé.

L’intégration territoriale des actions mises en œuvre est une priorité pour des retombées mesurables localement et faisant sens aux yeux des élus des territoires d’accueil ayant souhaité s’investir pour la filière forêt-bois via le projet.

Une coopération inédite entre acteurs de la filière forêt-bois

Une plus-value importante du projet SYMBIOSE est le travail concerté entre acteurs qui n’avaient jusqu’alors pas l’habitude de travailler ensemble ou en d’autres termes « Apprendre à composer ensemble pour mobiliser plus de bois » comme le rappelle Jessica Masson, directrice de l’Union régionale des associations de Communes forestières Auvergne-Rhône-Alpes qui coordonne le projet.

En effet, il a été mis en avant ces dernières années le manque de connaissance sur la façon de travailler des uns et des autres alors que les compétences de chacun sont complémentaires et au service d’un objectif commun et partagé : mobiliser davantage et bois et dynamiser l’ensemble de la filière. Le projet SYMBIOSE est donc une réponse innovante pour développer de nouvelles synergies entre acteurs forestiers.

 Zoom sur une action du projet SYMBIOSE : Chantiers publics-privés, un moyen efficace de lever des freins à la mobilisation

Le fort morcellement de la forêt rhônalpine engendre des parcelles de petite taille peu attractives pour les exploitants forestiers et les acheteurs du fait du faible volume de bois à sortir.
 

  Etat d’avancement et localisation des chantiers publics-privés SYMBIOSE


La mise en commun de chantiers en forêt publique et privée permet alors de proposer plus de volume d’un seul tenant et ainsi trouver plus facilement des opérateurs intéressés pour l’exploitation, le transport et la commercialisation.

Sur le terrain, cela représente quelques contraintes supplémentaires : concordance des calendriers de coupe et temps supplémentaire de concertation comme l’expliquent les techniciens de l’Office national des forêts, de la coopérative COFORET et de la Chambre d’Agriculture venus témoigner. Contraintes largement compensées par le fait que ces bois n’auraient pu être commercialisés à leur juste valeur si les chantiers étaient restés individuels.

L’année 2018 , qui marquera le terme du projet SYMBIOSE, s’annonce ainsi riche en avancées et perspectives prometteuses pour valoriser les massifs forestiers rhônalpins et au-delà, puisque les méthodologies développées pourront ensuite être capitalisées et transférées à d’autres territoires.

 

REVENIR A LA PAGE PRECEDENTE