Accueil > Dernières nouvelles

ANTICIPER, ADAPTER, PRÉVOIR, INNOVER, TESTER : LE CHALLENGE DE LA COMMERCIALISATION DES BOIS DES FORÊTS DES COLLECTIVITÉS À COURT TERME
Effet des tempêtes de l’automne 2018 en Europe de l’Est sur le marché du bois, dépérissement massif d’épicéas à cause d’insectes ravageurs (scolytes) dans le quart Nord-Est de la France, comme dans notre Région, urgence à exploiter certains peuplements de sapin qui connaissent un stress hydrique et qui deviennent sensibles, impactes aussi sur les peuplements feuillus qui souffrent de la sécheresse … La forêt filière bois de notre région se trouve particulièrement impactée par le cumul de ces facteurs naturels. L’enjeu est à la fois sanitaire et commercial.
De plus longue date, le volume de bois des forêts communales mise sur le marché dans notre région stagne, voire, à tendance à diminuer. Planification des coupes ? Taux d’invendus ? Problématique des gros bois ? Adaptation nécessaire des systèmes de ventes historiques ? Quelles solutions sont travaillées et testées pour améliorer par l’acte de récolte, la gestion durable et dynamique de nos forêts publiques en Auvergne-Rhône-Alpes ? Zoom sur les chantiers testes en cours en Région et les évolutions prévues au niveau national. 



Une note d’actualité sylvosanitaire du Pôle Santé des forêts de la DRAAF en Auvergne-Rhône-Alpes publiée en 2019 est disponible en ligne :
http://draaf.auvergne-rhone-alpes.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/INFO88-Scolytes_cle088f12-1.pdf . Elle acte d’un risque marqué de dépérissements des Sapins et Epicéa.

L’Ain et les Savoies font l’objet d’arrêtés préfectoraux de lutte obligatoire contre le scolyte.

Au niveau sanitaire il s’agit d’être réactif pour récolter et emporter rapidement les arbres infectés et dépérissant. Ceci pour limiter la propagation des insectes et ne pas laisser s’étendre les taches de bois sec qui mettent en péril la stabilité des peuplements et la gestion durable et dynamique de nos forêts. Au niveau commercial, il s’agit de réussir à écouler cette ressource de bois impactée qui représente des volumes conséquents et qui se déprécie rapidement. La difficulté est réelle compte tenue des volumes qui arrivent sur le marché depuis l’Europe de l’Est et le quart Nord de la France. Les chablis et bois secs estimés à 15 millions de m3 en Europe de l’Est à cause de la tempête de 2018 ainsi que la crise des bois scolytés en cours dans les régions Grand Est et Bourgogne-Franche-Compté (1 million de M3 estimés) induisent une pression significative en Auvergne-Rhône Alpes sur les prix et le besoin en bois des entreprises. Cette problématique entre l’urgence de récolter pour limiter l’impacte sanitaire et les possibilités de vendre cette ressource sur un marché saturé est un sujet fort d’actualité. Ce début d’année 2020, les négociations des contrats d’approvisionnement des scieurs en AURA à partir de la ressource des forêts publiques sont intégrés dans une stratégie commerciale de crise élaboré en fin d’année dernière pour notre forêt publique. L’ONF et les Communes forestières ont construit un plan d’action pour favoriser l’écoulement des lots de bois atteins par les scolytes.

Quelles actions sont en place pour anticiper et agir en ce qui concerne les forêts publiques face à cette situation ?

L’ONF et les Communes Forestières ont arrêté un plan d’action au niveau régional pour nos forêts communales, qui se traduit en local pour faire face à cette crise scolytes. Il s’agit de faciliter l’écoulement et les ventes de bois scolytés en priorité. Quelles sont les principales mesures ?

  • La réduction des catalogues des ventes de printemps 2020 de bois sur pied l’intérêt de cette mesure d’anticipation est double, il s’agit de donner plus de chance aux volumes de bois scolytés d’être vendus et aussi de limiter les effets d’un marché engorgé (risques de prix cassés sur les bois frais également).
  • La priorité aux bois dépérissants dans les contrats d’approvisionnements et la contractualisation en bois sur Pied pour des lots attractifs et de qualité en contrepartie; il s’agit de proposer aux clients un mix produits attractif et équilibré tout en favorisant l’écoulement des bois dépérissant.
  • Des prorogations gratuites des délais d’exploitation pour les entreprises accordées dans le portefeuille de coupes achetées en Bois sur pied, corrélées au volume de bois scolytés acheté : Ceci est proposé aux entreprises qui prennent du bois en contrat d’approvisionnement cette année et qui acceptent une certaine proportion de bois scolytes en substitution ou en complément de volume de bois frais négocié.
 

La Commission Régionale de la Forêt Communale rassemblant les chefs d’agences ONF et les Présidents des Communes forestières d’Auvergne-Rhône-Alpes se réunie régulièrement pour faire le bilan et adapter les mesures en fonction de l’évolution de la situation. La prochaine réunion se tiendra le 17 février 2020. En phase avec cette nouvelle stratégie de commercialisation des bois en contrats d’approvisionnement partagée ONF COFOR visant à constituer un portefeuille de coupes permettant de construire un deal global attractif pour le client, nous travaillons sur le projet de création d’un fond d’amorçage régional d’1.5 millions d’€ pour que les communes commercialisent plus leurs bois en contrat. Nous avons présenté en décembre dernier le projet à la Banque des territoires et poursuivons les démarches de mobilisation des financeurs sur ce début d’année 2020 .

En Région, nous participons au groupe de veille sanitaire mis en place en 2019, qui regroupe les acteurs de l’amont et l’interprofession la DRAAF et la Région. Nous avons activement défendu l’éligibilité de notre région AURA au dispositif national d’aide exceptionnelle à l'exploitation et à la commercialisation des bois qui ont été colonisés par les scolytes. Tous les documents relatifs à cette aide sont sous: http://draaf.auvergne-rhone-alpes.agriculture.gouv.fr/Aide-exceptionnelle-a-l


Plus largement, la commercialisation/les travaux et le travail des entreprises locales (scieurs et ETF) est un enjeu important pour une forêt publique qui approvisionne la filière, se renouvelle (travaux/chablis/scolytes…) et reste source de revenus. Innover dans la commercialisation et la mobilisation des bois des forêts communales est indispensable. Les communes forestieres sont parties prenantes de différentes expériences en ce sens, en région :

-Avec le Projet SYMBIOSE nous testons la mobilisation de bois conjointement entre forêt publique et privée.

-Avec le projet METIS, nous testons des contrats d’approvisionnements pluriannuels territoriaux, des chantiers de valorisation des gros bois.


 
L’exemple du DISPOSITIF « BUCHERONS-POMPIERS » du Conseil Savoie Mont-Blanc,
UN SOUTIEN A LA LUTTE SANITAIRE en forêt publique comme en forêt privée
Afin d’arrêter la progression du scolyte et de limiter la taille de ses populations, il convient d’abattre et d’écorcer les bois le plus rapidement possible, soit dans les 3 semaines suivant l’apparition des premiers symptômes : traces de sciure sur l’écorce, trous de pénétration, écoulement de résine, galeries sous l’écorce encore en place.
Pour permettre une intervention rapide des bûcherons, soit l’abattage et l’écorage des arbres atteints, le Conseil Savoie Mont Blanc propose un dispositif d’aides pour financer le traitement de foyers scolytés. Cette aide s’élève à un montant 400 euros par foyer scolytés et permet une demi-journée de travail à deux ouvriers forestiers. Afin de fluidifier la mise en œuvre de cette aide en forêt communale, les Associations des Communes forestières de Savoie et de Haute-Savoie sont mandatées pour instruire les dossiers de demande des communes concernées par des foyers de scolytes.Les mairies qui sont contactées par des personnes observant une attaque de scolytes (en forêt publique ou en forêt privée) sont invitées à contacter leur gestionnaire ONF qui fera les liens nécessaires : En forêt communale, l’agent ONF accompagne et traitera directement avec la commune pour intervenir au plus vite. En forêt privée, l’agent ONF mobilise le réseau de référent territorial piloté par la DDT. Dès repérage de sites infectés, il est proposé au propriétaire privé de fait intervenir des opérateurs pour exploiter les bois selon le protocole du comité scolyte en place et en bénéficiant du forfait « bucherons-pompier ».  Au niveau régional un lobbying de la forêt publique s’organise pour proposer à la Région d’étendre ce dispositif et de le renforcer pour l’ensemble du territoire Auvergne-Rhône-Alpes. 

REVENIR A LA PAGE PRECEDENTE