Accueil > Dernières nouvelles

74 - LES ENJEUX DU DÉBARDAGE PAR CÂBLE : VISITE DE TERRAIN
Le 18 février 2020, l’Association des Communes forestières de Haute-Savoie et ses partenaires du projet FORMICABLE organisaient la visite de deux chantiers de débardage par câble et d’une scierie. Une trentaine de personnes ont pu participer à journée, dont P. MEUNIER, Vice-président de la Région Auvergne Rhône Alpes délégué à la forêt, C. MONTEIL, Président du Département de la Haute-Savoie et du Conseil Savoie Mont Blanc et P. LAMBERT, Préfet de la Haute-Savoie.
 

DES CHANTIERS AUX MULTIPLES ENJEUX
Le premier chantier, situé à Bernex, regroupe 79 propriétaires forestiers privés pour une surface concernée de 8 hectares, deux lignes de câble (650 et 550 mètres linéaires) et un volume récolté de 1 136 m3. Il permet aux propriétaires forestiers de valoriser leur patrimoine tout en assurant l’irrégularisation(1) et la régénération de leur forêt de montagne. La Chambre d’Agriculture Savoie Mont Blanc a assuré la mobilisation des propriétaires sur ce projet tandis que la coopérative COFORET a organisé et suivi la mise en œuvre du chantier et la commercialisation des bois. 
 
Le second chantier, situé dans la forêt communale de Nancy-sur-Cluses, concerne une surface de 2,5 hectares, une ligne de câble de 400 m et un volume récolté de 309 m3. Il permet l’entretien d’un périmètre immédiat de captage d’eau potable.  L’Office National des Forêts a organisé et suivi la mise en œuvre du chantier et la commercialisation des bois (en cours).
 
Dans les deux cas, seule la technique du câble aérien a permis de répondre aux enjeux de ces chantiers. En effet, il a permis, en l’absence de desserte, l’accessibilité des parcelles du chantier de Bernex, dont la pente avoisine les 65 %(2) et d’éviter les risques de turbidité(3) de l’eau pour le chantier de Nancy-sur-Cluses.
 
Par ailleurs, le chantier de Bernex a permis un approvisionnement de la filière bois locale puisque les bois de qualité issus de cette coupe sont transformés à la Scierie du Léman, située à une vingtaine de kilomètres. Cette scierie chablaisienne dynamique a ouvert ses portes aux participants et leur a montré ses outils de production. 

                
Câble mât de l’entreprise T.A.B sur le chantier de Bernex         Prise en charge des bois à l’entrée de la scierie

DES CONTRAINTES ECONOMIQUES A INTEGRER
La technique du débardage par câble aérien a un coût important mais qui correspond à la technicité spécifique des moyens mécaniques et humains employés et aux contraintes de travail (pente). Pour le chantier de Bernex, les coûts d’exploitation s’élèvent à 45 €/m3, ce qui correspond à la moyenne des chantiers de débardage par câble. Pour le chantier de Nancy-sur-Cluses, les coûts d’exploitation s’élèvent à 64 €/m3. Ils s’expliquent par la mise en place notable de trois supports afin d’éviter la traine des bois sur le terrain et les risques de turbidité inhérents.

En Auvergne-Rhône-Alpes, il existe aujourd’hui deux dispositifs d’aides publiques pour soutenir cette activité, indispensable à la gestion durable des forêts de montagne : la mesure 04.32 du FEADER, sur le périmètre de l’ex-région Rhône Alpes, et la mesure A1 du Conseil Savoie Mont Blanc, sur les Départements de la Savoie et de la Haute-Savoie. 
L’aide du CSMB a été sollicitée sur le chantier de Bernex . Elle correspond sur ce chantier à un montant moyen de 8 €/m3 et recouvre 13 % des dépenses totales du chantier. Le chantier de Nancy-sur-Cluses a bénéficié d’aides liées à la politique de l’eau, indépendamment des politiques forestières.

En regard du marché du bois, ces aides sont indispensables mais insuffisantes. En effet, pour un propriétaire forestier, le bilan économique d’un chantier doit être suffisamment correct pour permettre son déclenchement. Or, dans les cas des chantiers réalisés, les aides permettent d’améliorer le revenu du propriétaire mais sans comparaison possible à celui obtenu pour des chantiers réalisés au tracteur dans des conditions où la topographie n’est pas problématique. Et ces aides ne permettent pas de déclencher les chantiers pour lesquelles d’autres contraintes s’ajoutent (bilan négatif) : transport difficile, qualité des bois médiocres, … 
 
Par ailleurs, la crise sanitaire actuelle et ses conséquences économiques (baisse du prix du bois) amplifie ces contraintes économiques, ce qui met en péril immédiat la survie des entreprises câblistes.

Explication du débardage par câble


Conscient de ces enjeux importants, C. MONTEIL a accédé à la requête des Associations de Communes forestières de Savoie et de Haute-Savoie et de l’Office National des Forêts d’augmenter momentanément les montants de l’aide du CSMB. 
De même, P. MEUNIER a annoncé la prise  en compte du débardage par câble dans la nouvelle programmation du FEADER (2021-2027), pilotée par la Région Auvergne Rhône Alpes. 
 
Pour en savoir plus :
Fiche technique Bernex (COFORET et CASMB, 2019)
 
______________________________________________________________________________________________
(1) L’irrégularisation d’un  peuplement forestier consiste à obtenir un mélange hétérogène de générations d’arbres sur une même surface. Ce type de sylviculture permet d’assurer une certaine résilience de la forêt.
(2) Un tracteur forestier peut accéder à des pentes allant jusqu’à 30 %.
(3) La turbidité correspond à la mise en suspension de particules fines, porteuses d’agents pathogènes (bactéries), dans l’eau captée, rendant sa consommation impropre ou coûteuse en raison des traitements nécessaires pour la rendre potable. Pour plus d’informations, cliquez ici : Eau et débardage par câble : un partenariat Formicable (2019)
 

REVENIR A LA PAGE PRECEDENTE