Actualités > Isère

UNE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE RICHE EN ÉCHANGES
Présidée par Guy Charron, cette 64e Assemblée Générale s’est tenue en présence du sénateur Michel Savin, des vice-présidents départementaux Fabien Mulyk (délégué à la filière forêt-bois) et Bernard Perazio (délégué aux routes), du président de la Chambre d’Agriculture de l’Isère, Jean-Claude Darlet ainsi que du président du PNR du Vercors, Jacques Adenot.
                                        
                                                                                         
                                                                                                                                  Crédit photo : Dauphiné Libéré


De nombreux sujets ont été abordés et les discussions furent animées.                                                 

Au cœur des préoccupations pour cette année 2018 :
  • Acceptabilité sociale des coupes de bois : la pression médiatique s’intensifie notamment après la sortie du film « Le temps des forêts ». Guy Charron rappelle que jusque 80% des recettes des ventes de bois sont réinvestis dans les travaux forestiers ou le développement du réseau de desserte. Ce sont ces investissements qui permettent d’accueillir le public en forêt dans de bonnes conditions. L’exploitation forestière est nécessaire pour les financer.
  • Régime forestier : Les communes restent attachées au Régime Forestier et à leur gestionnaire unique, l’Office national des forêts mais elles n’accepteront pas de combler sa situation budgétaire critique par une nouvelle augmentation des frais de gestion. La négociation du Contrat d’Objectifs et Performance 2021 entre l’Etat, l’ONF et les Communes forestières (contrat qui fixe les objectifs à atteindre entre ces 3 parties) s’annonce
  • Affouage : Les conditions de pratique de l’affouage se sont durcies suite à des accidents mortels. Depuis septembre 2017, il est interdit de pratiquer l’affouage sur les pentes de plus de 40%. Or, en milieu montagnard, de nombreuses communes possèdent peu ou pas de forêts en dessous de ce seuil. Cela génère des coûts supplémentaires aux communes qui doivent alors faire appel à des professionnels pour couper ces bois.
  • Equilibre forêt-gibier : le sujet est particulièrement d’actualité sur la partie montagnarde de l’Isère. Un nombre trop important de gibier provoque une surconsommation des jeunes pousses d’arbres. Le renouvellement de la forêt est alors fortement compromis, ces jeunes pousses consommées n’arrivant jamais à maturité. Il est nécessaire de se saisir du sujet à l’échelle nationale et de développer des outils permettant de mesurer l’impact de la faune et de rétablir l’équilibre forêt-gibier, comme le souligne Jean-Yves Bouvet, directeur de l’ONF Isère.
Le sénateur Michel Savin souligne toute l’importance du rôle de l’Association des Communes forestières de l’Isère pour faire remonter la voix des communes et faire entendre leurs préoccupations partagées auprès des plus hautes instances.

Nous invitons les communes forestières à nous faire état de leurs préoccupations à tout moment afin que nous en fassions le relai auprès des sphères politiques régionales et nationales.

REVENIR A LA PAGE PRECEDENTE